Menu

Publié le 18 novembre 2018

Jonathan fabrique des vélos cargo open source

Construire, à partir de plans libres de droits et de matériaux recyclés, deux vélos cargos, au cours d’ateliers ouverts à tous : le projet, initié en 2016, s’est récemment concrétisé, dans le cadre d’un partenariat entre La Petite Rennes, Leroy Merlin et le LabFab. Objectif : face à la saturation des voies d’accès automobiles menant au magasin Leroy Merlin de Chantepie, trouver des solutions alternatives intelligentes pour permettre aux personnes de transporter leurs achats, parfois volumineux.

Rencontre avec Jonathan, chaudronnier et adhérent de la Petite Rennes, qui a piloté la réalisation du projet.

Salut Jonathan, peux-tu te présenter ?

« Bonjour, je m’appelle Jonathan, ancien Thermicien devenu Chaudronnier, reconversion nécessaire pour un meilleur épanouissement… Le métal, la matière !!! Tellement noble et malléable, pour pouvoir enfin m’exprimer sans limites ! C’est comme cela que j’ai envie de me présenter, 33 ans, reconverti dans le travail du métal, explorateur de son soi créatif. »

Peux-tu nous en dire plus sur le projet réalisé en partenariat avec le LabFab et Leroy Merlin ?

« Le projet démontre la volonté d’une grande enseigne, Leroy Merlin, de participer à des projets nouveaux, qui vont dans le bon sens, et aussi de s’associer à une association proche géographiquement. Aurélien et Antoine, qui ont porté le projet pour La Petite Rennes et sans qui il n’aurait pas pu exister, ont trouvé une bonne interlocutrice en la personne de Cécile Monfort, responsable Service Clients du Leroy Merlin de Chantepie. Pour moi, ce sont des rencontres, des projets qui durent sur le temps… C’est pour cela que j’ai vécu agréablement ce moment. Et puis le vélo : ça rassemble de fabriquer des vélos cargos, de suivre l’avancement du projet… jusqu’à le voir terminé. »

Raconte-nous comme tu t’es retrouvé embarqué dans le projet ?

« Le projet de vélo cargo, je n’en aurais pas entendu parlé si je n’avais pas connu Antoine, la première fois que j’ai passé la porte de La Petite Rennes. Une réparation vélo, une conversation : “Tiens ? T’es soudeur ? On aurait besoin d’un soudeur !”. J’ai dit banco ! Quelques jours de travail sur le Goldsprint [course immobile de vélos à pignon fixe sur rouleaux, NDLR], encore plus d’échanges, et ce projet dans les cartons… Leroy Merlin ; vélo cargo ; La Petite Rennes… L’opportunité de travailler sur un projet original, très intéressant et enrichissant pour l’artisan qui est en moi. »

Quelles sont selon toi les finalités du projet ?

« Créer des liens d’abord, trouver des partenaires agréables et efficaces. Construire des vélos cargos ensuite, pour permettre à un maximum de personnes d’adopter le vélo comme moyen de déplacement principal en ville, désengorger le centre-ville des voitures, améliorer la qualité de l’air, de la vie à Rennes. »

Quel a été le rôle des différents partenaires ?

« J’arrive en tant que chaudronnier soudeur, je suis la main du projet, et en même temps le cœur. La Petite Rennes est le cerveau gauche, les petites mains essentielles et la forte motivation ! Leroy Merlin, l’autre partie du cerveau, la boite à outils, le sourire très motivant lui aussi, et beaucoup de petites mains pour les bricoleurs venus me prêter main forte, parfois toute une journée ! Le LabFab, venu regarder de plus près les futures implantations de machines et bidules qu’ils installerons dessus, pour permettre de suivre la qualité de l’air sur Rennes. J’espère n’avoir oublié personne… »

Tu as également donné des cours de soudures…

« Oui, une première pour moi. Je sais souder, mais de là à donner des cours !!! Encore un bon projet pour moi : transmettre mon savoir à des bricoleurs aguerris, ou pas du tout. Deux élèves par session de trois heures, de la pratique et de la théorie… Avec en parallèle une sculpture en cadres de vélo fournis par La Petite Rennes, des cadres non récupérables, pour une sculpture absurde et motivante pour les élèves. Aussi pour laisser une trace bien voyante… et un peu encombrante ! »

Que vont devenir les deux vélos fabriqués ?

« Les deux vélos seront terminés par les petites mains de Leroy Merlin, il reste à leur faire une caisse en bois personnalisée… pyrogravée ! Les peindre aussi, parce qu’ils sont à l’état brut : le projet est encore à l’étude, il sera personnalisé ! Leurs premiers usages se feront par l’intermédiaire du Leroy Merlin de Chantepie, puis plus tard, par La Petite Rennes. Des bijoux comme ceux-là, tout le monde en voudra ! »